Articles avec #l'interview des aiguilles tag

Publié le 16 Mars 2017

Bonjour à tous!

Aujourd'hui nous allons parler d'une ferme qui produit elle même sa laine, tout en prenant soin de ses animaux.

Une laine naturelle et pure, produite en France, et pour laquelle on connaît la provenance, jusqu'au mouton... C'est assez rare pour en parler. Du coup... J'ai fait quelques kilomètres pour aller la rencontrer. Des kilomètres fictifs néanmoins. 

Il s'agit de la Ferme Attali, une ferme située dans le Bas-Rhin.

 

L'interview des aiguilles : Ferme Attali

"Nous sommes situés à Lembach dans le nord de l'Alsace. Mes parents ont démarré un petit élevage de mouton dans les années 70 pour la viande, la laine et le tannage des peaux. Ils apportaient notamment leur laine dans une filature locale qui a fermé dans les années 90.

Depuis nous vendions nos toisons à un négociant en laine qui travaille avec la quasi totalité des éleveurs du grand est, direction l'asie. Ma maman et moi étant fans de tricots et de loisirs créatifs nous avons décidé d'utiliser notre propre laine il y a de cela 2 ans et avons trouvé des entreprises françaises pour nous laver et filer les toisons en plusieurs tailles d'aiguille.

Après la tonte et un gros travail de tri, direction le sud de la France, et au bout de quelques mois d'attente retour en Alsace. Nous sommes ravies, il s'agit de pure laine (certes rustique ça ne plait pas à tout le monde ! ), totalement naturelle car aucun produit chimique n'entre dans le process de lavage et de fabrication (n'est utilisé que du savon biodégradable pour le lavage des toisons) et surtout locale, nous sommes les premiers éleveurs de mouton transformant leur laine à avoir la Marque Alsace.

La laine est disponible en pelotes prête à être tricotée ou en échevaux pour les amateurs de teintures et de teintures végétales.

J'ai fait des études et travaille dans le domaine de l'environnement et du développement durable, je suis donc très attachée à la préservation de nos paysages et au bien être de nos animaux. Mes moutons passent d'ailleurs leur vie en extérieur et participent à l'entretien des prairies et vergers haute tige qui ceinturent le village, et ne rentrent à l'étable qu'en mars pour la naissance des agneaux. Chez nous pas d'engraissement en bergerie, pas de granulés, rien que de l'herbe, du foin, un peu d'orge et surtout des cabrioles dans les prés."

L'interview des aiguilles : Ferme Attali

Catherine parle très bien de la filière classique de la laine sur son site.

On y apprend notamment que 90% des laines françaises partent en Asie : cette délocalisation est plus rentable, mais également plus chimique pour la laine.

Cependant il y a de plus en plus de producteurs qui décident de rester en France et tentent de revaloriser cette laine.

L'interview des aiguilles : Ferme Attali

_Quel est, d'après vous, le plus bel ouvrage que vous ayez réalisé avec vos laines?

En cadeau de naissance des enfants de mes amis je réalise toujours les mêmes chaussons pour garçon, et ballerines à dentelle pour les filles, des intemporels néanmoins personnalisés avec ma laine. Sinon le plus bel ouvrage a été fait par ma maman, un gilet de berger type irlandais pour mon fils de deux ans, je ne suis pas encore aussi douée...


_Etes vous plutôt tricot ou crochet?

Je suis plutôt tricot et apprends le crochet, tout doucement ...


_Pour vous, qu'est ce qu'une bonne session "tricot-détente"?

Ma session tricot idéale : l'hiver bien au chaud dans mon fauteuil, à côté du feu de cheminée, et me lancer un replay d'une émission de déco ou de jardinage sur france 5 ! avec une tisane ou un chocolat chaud bien sûr.


_Vos laines sont belles et pures. Que conseilleriez vous à une personne qui souhaite votre laine, sans savoir quoi faire avec?

C'est une pure laine, donc rustique mais qui tient bien chaud en hiver. je la conseillerais plutôt pour un gilet à porter sur quelque chose (par exemple un bolero en grosses mailles) ou pour des accessoires (bandeau,bonnet).

L'interview des aiguilles : Ferme Attali

Si vous êtes intéressés par cette démarche et ces laines, n'hésitez pas à prendre contact avec Catherine. Elle est disponible et à l'écoute.

Je suis très heureuse d'avoir découvert cette ferme alsacienne, bien qu'elle soit un peu loin de chez moi.

Je retourne à mes aiguilles.

Bisous bisous!

❤️

Voir les commentaires

Rédigé par Sur-mes-aiguilles

Publié dans #L'interview des aiguilles

Repost 0

Publié le 15 Février 2017

Bonjour à tous,

Lors de mes détours sur À Little Market (si vous ne connaissez pas, allez y faire un tour, c'est rempli de créatrices pleines de talent), j'ai découvert la boutique Fibre Fantaisie.

Quand j'ai lu sa description, je suis tombée sous le charme :

"Merci de vous arrêter sur ma boutique. Vous y trouverez des fournitures originales pour des créations pleines de fantaisie. Je carde à la main des nappes de laines et fibres précieuses que je file ensuite au fuseau."

Sans aucun doutes, Marie-Christine saura vous emmener dans son univers et vous faire découvrir de nouvelles techniques.

"Parce que je carde différentes toisons de moutons, je peux en faire des feutres qui me servent alors de base à mes tableaux ou panneaux muraux."

"Parce que je carde différentes toisons de moutons, je peux en faire des feutres qui me servent alors de base à mes tableaux ou panneaux muraux."

Pour les néophytes comme moi, voici quelques définitions :

  • Carder : Peigner une matière textile telle que le coton ou la laine
  • Feutrer : Agglomérer des poils, de la laine... Pour fabriquer du feutre.

A partir du moment où on sait ça, on se fait déjà une idée plus précise du merveilleux travail de Marie Christine.

"Le kumihimo est un croisement de fils qui se fait sur un support appelé marudaï. C'est un art Japonnais dont l'apogée était au temps des samouraïs. Avec mes laines filées main, j'e peux faire ainsi des bandoulières de sac ou des décorations linéaires a suspendre ou appliquer. "

"Le kumihimo est un croisement de fils qui se fait sur un support appelé marudaï. C'est un art Japonnais dont l'apogée était au temps des samouraïs. Avec mes laines filées main, j'e peux faire ainsi des bandoulières de sac ou des décorations linéaires a suspendre ou appliquer. "

Vous l'aurez compris, Marie-Christine manie la laine sous toutes ses formes.

Elle s'est également prêtée au jeu des questions :

  • Qu'est ce qui vous a donné envie de travailler la laine?

Parce qu'en 2005 j'ai animé des ateliers de dentelle aux fuseaux en couleurs en Australie je me suis aperçu que là-bas elles savaient aussi filer la laine. Je suis donc revenue avec une envie de filage +++

  • Quelles sont les plus belles créations que vous avez réalisé avec vos laines?

 La laine filée main devient vite une addiction et le Art Yarn , ce filage très fantaisie, encore plus. mon but étant d'utiliser ces laines de différentes façons avec diverse techniques de fibres. Que choisir dans toutes ces différences si ce n'est cette laine devenue pièce unique ? Le choix est vaste sur ma boutique...

  • Votre univers est coloré et féérique. Qu'est ce qui vous inspire?

Dame Nature reste ma plus grande inspiratrice. Au fil des saisons la végétation évolue avec des variations de couleurs toujours inspirantes.

  • Que conseillez vous comme ouvrage aux personnes qui achètent vos laines?

Si vous devez utiliser mes laines, que votre plaisir à les manipuler, les toucher, se voie. Beaucoup de techniques sont à votre disposition et pour en citer seulement quelques-unes je parlerais de tricot, crochet, tissage, frivolité, kumihimo, tressage, broderie, feutrage à l'aiguille ...
 

"Le radeau de la chaussette"

"Le radeau de la chaussette"

Si comme moi vous êtes sous le charme, n'hésitez pas à aller voir sa boutique sur A Little Mercerie. Vous serez enchanté de tout ce que vous verrez.

Je retourne à mes aiguilles, et je vais vers d'autres découvertes.

Bisous bisous

Voir les commentaires

Rédigé par Sur-mes-aiguilles

Publié dans #Tricot, #L'interview des aiguilles

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2017

Bonjour à tous!

Aujourd'hui je démarre une nouvelle rubrique : l'interview des aiguilles.

Nous parlerons des personnes qui travaillent avec la laine et les aiguilles. Tout le monde y passera! Les vendeurs de laine, les créateurs, les amateurs, les professionnels...

J'ai donc rencontré pour vous Ingrid, la créatrice de Hooklook.

L'interview des aiguilles : Hooklook

En 2008, pour décrocher du stress quotidien, Ingrid se met au crochet et se découvre tout de suite une passion pour les granny square, ces petits carrés crochetés. En 2009, Ingrid et son compagnon Benoît, ont eu l'idée de créer les "PixelPlaids", des couvertures crochetées où les granny squares deviennent des granny pixels. Ils lancent le concept en 2010 et ce n'est qu'en 2013 que le livre contenant 100 modèles de Pixel plaids au crochet a vu le jour, suivi en 2015 d'un deuxième livre"Masques au crochet" puis d'un troisième é 2016 "Pixelparty à crocheter et à tricoter". Depuis, la mode des PixelPlaids se répend sur la toile et sur leur blog "Hooklook.fr", Ingrid et Benoît ne cessent de se crocheter les méninges à la recherche d'idées nouvelles autour de la laine et du crochet.

L'interview des aiguilles : Hooklook

Maintenant... Vient l'heure des questions!

 

  • Quel a été votre premier tricot ou travail au crochet, et était il réussi?
Mon tout premier travail au crochet c'était en 2007, un carré orange de 10cm sur 10 cm en mailles serrées, qui ressemblait davantage à un trapèze car je serrais beaucoup trop.
En revanche mon tout premier tricot je l'ai fait à l'âge de 9 ans, c'est ma grand mère qui m'avait appris le point mousse et j'avais fait une poupée à partir des rectangles tricotés. Je l'avais bourrée de coton et je l'ai conservée longtemps jusqu'à la naissance de ma fille, j'avais mis la poupée dans sa chambre et puis un jour prise par une envie de tout trier et de faire le vide, je l'ai jetée :-(
  • Combien de temps au maximum êtes vous restés sans crocheter ni tricoter?
1 semaine ou 15 jours grand maximum depuis 2007 !
 
  • La dernière fois que vous avez tricoté ou crocheté pour le plaisir, qu avez vous fait?
Je crochète toujours pour le plaisir même si les dead lignes imposées pour le rendu des manuscrits de mes livres est toujours une source de stress et m'imposent des cadences infernales. J'ai déjà un métier très chronophage dans une agence de pub et j'essaie de trouver du temps pendant les week-end ou pendant les vacances pour avancer mes ouvrages. Il y a aussi les dead lignes que je m'impose de moi même pour faire vivre mon blog au grès de mes idées et des fêtes du calendrier. J'avoue que j'ai tendance parfois à devenir esclave de ma passion et c'est parfois difficile de la conjuguer avec ma vie familiale et professionnelle. Heureusement je commence à trouver le bon équilibre. En ce moment je crochète des chaussons :-)
 
L'interview des aiguilles : Hooklook
  • Quelle est votre plus belle réussite?
Je pense que la création des pixelplaids en 2009 à été mon plus beau projet. A présent le web regorge de couvertures en granny square pixelisées mais à l'époque il n'y en avait pas encore...
Sinon j'ai aussi été assez contente de mes faux ongles au crochet, de mes masques au crochet et j'ai hâte de réaliser mes projets futurs ^^
  • Votre travail inspire de nombreuses personnes. Et vous, qui vous inspire?

Tout m'inspire, les objets du quotidiens, le design, la mode, l'art, et surtout j'aime trouver des idées décalées. J'ai un carnet dans lequel je note toutes mes idées autour de la laine, du crochet et parfois du tricot. Mais mon carnet à idées se remplit beaucoup plus vite que je ne peux crocheter ! 

L'interview des aiguilles : Hooklook

Maintenant que vous connaissez un peu mieux Ingrid, je suis sûre que vous avez envie de prendre votre crochet pour tricoter un PixelPlaid!

Dans ce cas, courez à la librairie pour vous procurer son livre, et rejoignez nous dans le projet Pixel en folie.

Je retourne à mes aiguilles.

Bisous bisous!

❤️

Voir les commentaires

Rédigé par Sur-mes-aiguilles

Publié dans #Crochet, #L'interview des aiguilles

Repost 0